Menu
stage img
  • En profondeur

Yves: «Dans le football, je donne tout»

05.08.2021

Le football est ma grande passion. Je pratique ce sport depuis sept ans et j’ai rejoint le club FCZ il y a trois ans. Je suis passée directement des M17 aux M19. Nous nous entraînons quatre fois par semaine et disputons des matchs le week-end. Nous allons souvent jouer dans d’autres villes, parfois en Suisse romande ou au Tessin. Le niveau est élevé: on attend beaucoup de nous et je dois vraiment tout donner. Cela me plaît, car je progresse ainsi. Actuellement, je joue en défense, et je m’y sens très bien. Nous avons un bon esprit d’équipe. Je retrouve également certaines de mes coéquipières pendant mon temps libre. Bien sûr, il y aussi de la concurrence entre nous. Pour bien jouer, je dois parfois faire preuve d’égoïsme. D’un autre côté, je ne peux progresser qu’avec mon équipe. Nous ne pouvons gagner qu’ensemble. Quand tout ne se passe pas comme souhaité, je m’énerve. Après une défaite, je préfère rentrer chez moi et me coucher.

Nous avons peu de contacts avec les juniors du FCZ. Leurs M17 sont répartis en trois groupes. La pression y est plus forte et la sélection plus rude que chez nous. Mais les juniors ont davantage de possibilités, car ils disposent d’un budget plus important. Ils ont plus souvent des camps d’entraînement, par exemple. Je trouverais bien que les filles et les garçons bénéficient du même soutien.

Le football est bien plus qu’un hobby pour moi. Je pense que je m’établirai un jour à l’étranger, peut-être aux États-Unis, où les footballeuses sont mieux formées et mieux payées. Je veux de toute façon faire un métier en rapport avec le sport. J’aime bouger. Je fais du ski en hiver et de la natation en été. En tant que cheftaine scoute, je fais régulièrement des sorties avec des enfants, et cela me plaît beaucoup.

Je me bats pour que la politique prenne plus au sérieux la protection du climat. J’ai déjà participé à plusieurs manifestations à vélo et je fais partie du mouvement «Grève pour l’Avenir». Les jeunes de 16 ans sont capables de se faire leur propre opinion. C’est un bon âge pour commencer à voter. Je trouve que c’est une bonne idée d’abaisser l’âge du droit de vote à 16 ans. Pendant la pandémie, j’ai davantage consulté les médias pour m’informer. À l’école, nous abordons également des questions politiques. Mais on pourrait encourager encore plus la pensée critique. Il est important de remettre en question ce que disent les médias.

Propos recueillis par Eveline Rutz

Yves Heim

Née en 2004, elle vit à Zurich où elle fréquente le Liceo Artistico, un gymnase artistique suisse-italien. Elle joue dans l’équipe féminine du club de football FCZ et pratique le scoutisme.

Tous les portraits des 16 jeunes que nous avons interrogés

top