Menu
stage img
  • En profondeur

Lisa: «Après tout, il s’agit de notre avenir»

05.08.2021

«Notre génération aura bien des défis à relever. Je pense aux conséquences économiques de la pandémie, mais aussi au changement climatique. En ce moment, je suis très préoccupée par le coronavirus. Nous, les jeunes, avons dû renoncer à beaucoup de choses. J’espère que la pandémie sera bientôt derrière nous et que nous ne devrons pas payer les pots cassés. Je souhaite pouvoir mener une vie comme celle que nos parents ont eue, avec davantage de libertés.

Je m’intéresse à la psychologie et au journalisme. J’ai déjà fait des stages au journal «Wiler Zeitung» et à la radio FM1. Cela m’a plu. En tant que journaliste, on rencontre beaucoup de monde et l’on sait ce qu’il se passe dans le monde. On informe et on divertit les gens.

J’admire les personnes qui s’engagent pour le bien commun. Mais je suis aussi impressionnée par les sportives et les sportifs qui obtiennent des résultats en restant intègres. Moi, je fais de la danse hip-hop, de la gymnastique aux agrès et j’aime skier. Je joue aussi de la clarinette.

Je me tiens au courant de l’actualité politique. Ma sœur aînée a déjà le droit de voter, et cela me met déjà un peu dans le bain. Je trouve qu’abaisser l’âge du droit de vote à 16 ans est une bonne idée. Après tout, il s’agit de notre avenir. Et nous envisageons certaines thématiques différemment des adultes. Avec nous, le spectre des opinions s’élargirait. Le seul danger que je vois est que certains jeunes pourraient se faire influencer par leurs parents. Ce qui me plaît dans notre système politique, c’est que chacun peut s’impliquer et lancer une initiative populaire. Ce que je n’aime pas, ce sont les groupements politiques qui utilisent des moyens déloyaux et exploitent les peurs.»

Propos recueillis par Eveline Rutz

Lisa Herberth

Née en 2005, elle vit à Wilen (TG) et fréquente le gymnase de Wil (SG). Elle joue de la clarinette, fait du sport et aime se balader avec ses amis.

Tous les portraits des 16 jeunes que nous avons interrogés

top