Menu
stage img
  • En profondeur

Anne: «Je veux saisir ma chance de peser dans le débat»

05.08.2021

Pas mal de jeunes de mon entourage ont peur de l’avenir. Il est normal de se poser beaucoup de questions à notre âge. Avec le changement climatique et la pandémie de coronavirus, nous sommes cependant confrontés à des sujets difficiles à appréhender. Nous ne savons pas comment la situation évoluera, par exemple quels emplois offriront encore une sécurité. Le coronavirus nous a fait perdre un an. Cela plombe l’atmosphère. Les troubles psychiques augmentent. Le changement climatique me préoccupe beaucoup.

Les politiques devraient enfin admettre qu’il faut faire quelque chose. Ils devraient agir au lieu de discuter sans fin. Nous n’avons plus beaucoup de temps. Dans mon quotidien aussi, j’essaie de faire tout ce que je peux pour le climat. Je mange végétarien et j’utilise les transports publics. Cela me dérange quand on mélange les faits et les opinions dans les débats. Je m’intéresse aux sciences naturelles et j’ai choisi la biochimie comme branche principale.

Je peux imaginer travailler plus tard dans la recherche et devenir enseignante. Pendant mes loisirs, je suis un cours d’ornithologie en ce moment. J’aime me promener dans la nature, je participe à des excursions et je vais régulièrement courir. À côté de l’école, j’ai cependant peu de temps à consacrer à mes hobbies. Je trouve bien que les jeunes aient le droit de voter et d’élire dès l’âge de 16 ans dans le canton de Glaris. Malheureusement, je n’ai pas encore pu le faire en raison de la pandémie: la landsgemeinde a été annulée deux fois. Je participerai certainement à la prochaine. Je veux saisir ma chance de peser dans le débat.

Toute la société profite du fait que les jeunes apportent des aspects et des points de vue neufs. Ils envisagent les choses différemment des adultes. Je suis également pour l’introduction du droit de vote à 16 ans au niveau national. Les jeunes qui veulent voter doivent pouvoir le faire. Il s’agit de notre avenir, après tout. Nos vies seront impactées par les décisions qui sont prises aujourd’hui. Pour m’informer, je regarde le journal télévisé, je lis les journaux et je discute avec mes parents. Je m’intéresse à la politique. Mais je ne me sentirais pas à l’aise au sein d’un parti. Je ne suis d’accord à 100 % avec aucun d’entre eux et je trouverais difficile de défendre une position que je ne partage pas.

Propos recueillis par Eveline Rutz

Anne Hielscher

Née en 2004, elle vit à Mollis (GL), où elle peut voter depuis l’âge de 16 ans. Elle fréquente le gymnase de Glaris. Sa branche principale est la biochimie.

Tous les portraits des 16 jeunes que nous avons interrogés

top