Menu
stage img
  • Écho

Écho

09.07.2015

Ueli Maurer

Après le rejet de sa réforme de l’armée par le parlement le 18 juin, le conseiller fédéral Ueli Maurer a quitté la salle du Conseil national sans mot dire. Le lendemain, la «Neue Zürcher Zeitung» expliquait que l’UDC, le parti d’Ueli Maurer, était à l’origine du «coup de poker du Conseil national» pour le développement de l’armée. L’UDC demandait en réalité une hausse bien plus forte des effectifs et bien plus d’argent (400 millions de francs en plus) que ce qu’avait proposé la commission chargée de l’examen préalable.

Nombre d’immigrés en hausse

L’immigration en Suisse a augmenté. Selon le secrétariat d’État aux migrations, la Suisse comptait fin mars 22 942 étrangers de plus que fin 2014. Le total de personnes sans passeport suisse s’élève donc à 1 967 844, soit 3,4 % de plus qu’il y a un an. Plus des deux tiers sont originaires des États de l’UE/AELE. La majorité des immigrés vient en Suisse en raison du travail ou dans le cadre d’un regroupement familial. La part de réfugiés reconnus est relativement faible (4,8 %), tout comme celle d’étrangers sans activité professionnelle (4,5 %).

Plus d’argent pour la promotion de la culture

Lors de la session d’été, le parlement a soutenu la politique culturelle du Conseil fédéral. Le Conseil national et le Conseil des États ont approuvé le Message culture pour la période 2016 – 2020. Plusieurs demandes de réduction ont été refusées et le budget de la culture sera augmenté de 3,4 % ces prochaines années. Le Conseil fédéral entend ainsi consacrer un total de 1,12 milliard de francs à la promotion de la culture entre 2016 et 2020.

Impôts des frontaliers inchangés

A l’avenir également, les frontaliers ne seront pas imposés directement par le canton du Jura. Une initiative de l’UDC pour une imposition à la source des frontaliers a été rejetée par plus de deux tiers des votants. Le contre-projet selon lequel le canton se voit rétrocéder 4,5 % des salaires bruts par les États voisins, a été accepté à 63 % par le gouvernement et le parlement.

Une exposition source de protestations

À Zurich, une exposition de l’organisation israélienne Breaking the Silence a provoqué une grande agitation. Créée en 2004 par un officier israélien, cette exposition présente des rapports sur des interventions de membres de l’armée, principalement dans les territoires palestiniens. Les militaires relatent des actions brutales, des exécutions arbitraires, des violations des droits de l’homme et des conséquences sur l’éthique des forces armées. L’ambassade israélienne à Berne a manifesté par voie diplomatique son opposition à l’exposition, qui a aussi été subventionnée par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

top