Menu
stage img
  • Courrier des lecteurs

Lettres à la rédaction

09.12.2021

Le système de santé risque de tomber lui-même malade

Adolescente, je rêvais de devenir infirmière. Je ne n’ai jamais réalisé ce rêve, car j’ai compris que je n’aurais jamais le temps de m’asseoir au bord du lit d’un patient pour l’écouter. Je ne peux donc que souscrire à tout ce qui rend ce merveilleux métier plus intéressant, plus humain et, ainsi, meilleur!

Renata Neuweiler, Crète, Grèce

Il est grand temps que le personnel infirmier et ses prestations soient récompensés non seulement par des applaudissements, mais aussi par des augmentations salariales. Je soutiendrai moi-même inconditionnellement l’initiative dans ce sens. Sans quoi les soignants seront bientôt plus malades que les patients.

Paolo Indiano, Allemagne

Rejeter toute la charge des soins sur un seul métier et un seul groupe de personnes, c’est vraiment malsain.

Verônica Böhme, Brésil

Bernard Rappaz, le Winkelried du cannabis

Il est beau de découvrir des personnalités de notre pays, pas des milliardaires, mais bien des personnalités. Où que l’on se trouve, l’anticonformisme est puni… Et pourtant, il faut des personnes révoltées pour qu’un pays soit sain. C’est du moins ce que dit Machiavel, à moins que cette lecture ne soit destinée qu’aux puissants.

Fritz Stingelin, Manille, Philippines

Il est temps! Le cannabis devrait être légal partout, il est bien moins nocif que l’alcool et peut être extrêmement bénéfique pour traiter le cancer, l’anxiété, etc. Et le gouvernement fédéral et les cantons pourront taxer sa vente et se faire des tonnes d’argent! Légaliser le cannabis est une opération «gagnant-gagnant» pour tout le monde. Les législateurs conservateurs qui veulent le maintenir illégal essaient de contrôler les gens en s’appuyant sur leur perception de la «moralité», et non sur une évaluation objective en matière de santé ou de sécurité.

Vanessa Velez, États-Unis

Mais même si cette plante ne m’attire pas, je trouve la démarche de cet homme courageuse! Quelle belle persévérance! Et tout cela en bio, bravo!

Claude Rochat, France

Uetendorf, le lieu le plus éloigné des frontières de la Suisse

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire l’article sur Uetendorf. Comme je suis originaire de Rüschegg-Heubach, non loin d’Uetendorf, je l’ai trouvé particulièrement intéressant. Je me suis rendue souvent à Uetendorf. Depuis 1961, je vis en Amérique. Mais je n’oublierai jamais ma patrie d’origine et les précieuses expériences que j’y ai faites.

Hulda Nydegger Shurtleff, États-Unis

Filippo Lombardi, nouveau président de l’OSE

Cher Monsieur Lombardi, je vous prie de vous battre contre l’augmentation des taxes de PostFinance. Je possède un compte auprès de cette banque depuis que j’ai 20 ans, et je dois à présent payer 360 fr. par an juste parce que je vis quelques centaines de kilomètres plus loin. C’est un gros trou dans ma retraite de 1700 fr. par mois. Vivre en Suisse est devenu trop cher pour moi.

Lotti Humbel, Hidegseg, Hongrie

J’espère que Monsieur Lombardi et le Conseil fédéral discuteront avec les banques afin qu’elles n’augmentent pas leurs taxes chaque année ou résilient les comptes. Je possède encore des comptes en Suisse, au cas où, par exemple, il y aurait un nouveau putsch en Thaïlande et que je devrais fuir le pays pour revenir en Suisse. Il me resterait ainsi au moins encore de l’argent pour redémarrer ma vie et ne pas m’adresser directement à l’aide sociale.

Peter Zurbrügg, Phuket, Thaïlande

Vous pourrez l’écrire tant que vous voudrez dans la «Revue Suisse»: le Conseil des Suisses de l’étranger, tant qu’il ne sera élu que par une petite minorité de membres d’associations, ne sera jamais le «Parlement de la Cinquième Suisse».

Sebastian Renold, Bolzane, Trentin-Haut-Adige

En Afrique du Sud, cela fait des années que nous ne pouvons plus participer à des votations en Suisse. Nous recevons nos documents de vote après le scrutin. Nous l’avons déjà annoncé plusieurs fois, mais sans succès. Nous ne comprenons pas pourquoi ces documents ne peuvent pas être expédiés plus tôt. Et, bien sûr, la meilleure solution serait le vote électronique!

Kurt Stauffer, Afrique du Sud

top