Menu
stage img
  • Courrier des lecteurs

Lettres à la rédaction

20.03.2019

Les pionniers de l’aspiration du CO2 de Zürich-Oerlikon

Intéressant. Tous les procédés industriels génèrent de la chaleur résiduelle. Ainsi, la phase de régénération du filtre est pour ainsi dire offerte. Le problème naît quand la bienveillante industrie essaie de disposer du CO2 pur qui en résulte (et qui devra être compressé, autre processus gourmand en énergie, avant d’être livré). Les fabricants de boissons gazeuses sont, en effet, des clients potentiels, mais à leur place, j’aimerais piloter le projet moi-même, et cela revient à renverser la logique de marketing. Les autres applications semblent être encore de la musique d’avenir.

Eric Winkler, Angleterre

Je suis aussi d’avis que l’homme doit tout mettre en œuvre pour nuire le moins possible à l’environnement. C’est pourquoi je soutiens toutes les mesures visant à réduire le taux de CO2 dans l’atmosphère. Il est prouvé que la méthode la plus efficace est l’aspiration terrestre de dioxyde de carbone, autrement dit la reforestation. De nouvelles forêts permettraient d’aspirer des quantités immenses de CO2. Bien entendu, cette option efficace et peu coûteuse ne bénéficie guère de soutien puisqu’elle ne permet de dégager aucun profit. Je suis convaincu que derrière cette hystérie autour du CO2 se cachent avant tout des intérêts économiques. Comme le montre cet article, les entreprises préfèrent construire de gigantesques aspirateurs à CO2 peu écologiques pour gagner beaucoup d’argent au lieu de planter des arbres.

Reto Derungs, République Dominicaine

Sécheresse dans le château d’eau d’Europe

Pour résoudre le problème décrit, et bien d’autres liés au climat, je propose la chose suivante: réduire le nombre de vaches. Bien entendu, cela ne concerne pas seulement la Suisse, mais aussi et surtout l’Union européenne. Pourquoi ne pas rendre une petite partie du paysage à la nature?

Hans M. Hilber, Leinfelden, Allemagne

Julien Wanders: courir à l’africaine

Merci pour ce très bel article sur ce jeune athlète, aussi jeune que prometteur, et surtout très déterminé dans ces choix de vie au prix de gros sacrifices. Nous sommes tous derrière lui pour qu’il réussisse et atteigne le meilleur!

Philippe Derolland, France

Le nom d’un célèbre faussaire pour de vrais billets de banque

Muy bien hecho Valaisans! Voici le genre de prévention dont ont besoin les «petites gens» pour se protéger contre les dangers auxquels nous expose et continue de nous exposer le gigantesque réseau que forment les «globalisationnistes». Selon moi, David Crettenand et ses compagnons devraient recevoir le prix Nobel de l’antimondialisme.

Walter Lieber, Colombie

Le précurseur de WIR Wirtschaftsring AG se trouvait à Wörgl, petite ville au cœur du Tyrol autrichien. En s’appuyant sur la théorie de la monnaie franche de Silvio Gesell, la commune distribuait ce que l’on a appelé de «l’argent fondant». Il s’agissait de billets de banque de 1, 5 et 10 schillings qui perdaient chaque mois 1 % de leur valeur. Ils étaient ainsi dépensés beaucoup plus vite. L’un des secrets de l’argent est sa rapidité de circulation, qui a été accélérée par ce procédé et a ainsi contribué à la prospérité. Puisque les impôts communaux pouvaient être payés avec cette nouvelle monnaie, bon nombre de commerces et d’habitants étaient prêts à jouer le jeu. En ce sens, le Valais semble être sur la bonne voie.

Alfred Schmitter, Amsterdam, Pays-Bas

Églises vides: Louer, vendre, démolir?

Le courrier du lecteur Christopher Egli (États-Unis), paru dans l’édition de janvier de la «Revue Suisse», m’a beaucoup blessé en tant que chrétien pratiquant. Il y écrit être ravi de voir le nombre de croyants diminuer en Suisse et espérer que cette tendance se poursuive partout dans le monde. Je m’oppose avec véhémence à ce souhait. Je trouve qu’il est offensant. D’ailleurs, mon expérience est toute autre. Dans notre paroisse, située près de Hambourg, la foi, la tolérance et le pardon sont profondément ancrés. Ce courrier est-il un appel à l’athéisme ou à la conversion à des religions de substitution? Si c’est le cas, l’auteur a oublié de mentionner le revers de la médaille, à savoir les récentes persécutions dont sont victimes les chrétiens, par exemple en Iran, en Chine, au Pakistan ou en Corée du Nord. Des persécutions qui précipitent certains d’entre eux en prison, et parfois leur coûtent la vie.

Hans Jürgen Siegenthaler, Itzstedt, Allemagne

top