Menu
  • Nouvelles

La TV suisse quitte les antennes

20.03.2019 – Marc Lettau

À compter du 3 juin 2019, les émissions de la télévision suisse ne pourront plus être captées au moyen d’une antenne externe ou de toit. Cela touche aussi certains frontaliers qui recevront, à l’avenir, les émissions de la SSR exclusivement par câble, satellite ou Internet, comme le font déjà la plupart des téléspectateurs. Un site web en trois langues nationales (allemand, français et italien) prodigue des informations et des conseils à ce sujet: https://www.broadcast.ch/fr/television/antenne-tnt/

Perte de 15 milliards pour la Banque nationale suisse

En janvier, la Banque nationale suisse (BNS) annonçait prévoir une perte de 15 milliards de francs pour 2018. Cette débâcle n’est pas totalement inattendue, car des turbulences au niveau des cours, en particulier, laissaient présager un résultat particulièrement négatif. La clôture de l’exercice de la BNS est un moment crucial pour la Confédération et les cantons, qui profitent de la distribution des bénéfices. Pour certains cantons, ces recettes sont même indispensables. Malgré cette perte record, la BNS devrait tout de même pouvoir verser à la Confédération et aux cantons le montant maximal possible de 2 milliards de francs, grâce à sa réserve élevée pour des distributions futures.

Sécher l’école pour le climat

En janvier, dans presque toutes les grandes villes de Suisse, des milliers d’écoliers de douze ans et plus ont manifesté de manière coordonnée contre le changement climatique, ou plutôt contre l’inaction politique à ce sujet. Depuis les premières manifestations de ce genre en décembre 2018, le nombre d’écoliers manifestants a augmenté de façon exponentielle. Ils exigent la proclamation d’un état d’urgence climatique national, des émissions de gaz à effet de serre nulles d’ici 2030 et, de manière générale, un «changement de système».

Les primes d’assurance-maladie continuent d’augmenter

En 2019, les primes d’assurance-maladie continuent de grimper en Suisse, de 1,2 % cette fois. Cette hausse à première vue modeste touche toutefois des sommes déjà très importantes. Les primes grèvent lourdement le budget des ménages et s’élèvent en moyenne à 4464 francs par personne. Elles constituent le deuxième motif d’endettement le plus répandu. Au Conseil national et au Conseil des États, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer au moins des déductions fiscales plus élevées. Néanmoins, une telle mesure ne freinerait en rien l’augmentation des coûts de la santé.

top