Menu
stage img
  • Courrier des lecteurs

Leserbriefe

25.05.2020

Le chancelier fédéral Walter Thurnherr et l’avenir de l’e-voting

Je suis très déçu que notre gouvernement ne soit pas capable d’imposer immédiatement un système d’e-voting sûr. Ma femme et moi nous sentons très désavantagés dans l’exercice de nos droits démocratiques. Nous ne sommes pas certains que nos documents de vote arrivent à temps à notre ancien domicile. C’est comme jouer à la loterie, et ce n’est pas gratuit non plus. Ainsi, on commence à se désintéresser de la démocratie suisse.

Paul Jann, Nagypáli, Hongrie

Je suis totalement favorable à l’e-voting, car la Poste est si lente ici que l’enveloppe-réponse n’arrive pas à temps en Suisse. C’est dommage, mais cela me fait renoncer pour l’instant à prendre part aux votations.

Friedel Leopold Paierl, Phetchabun, Thaïlande

Nous avons abandonné, car les documents de vote arrivent souvent juste après le dimanche de votation. Nous vivons en Afrique du Sud, et c’est déjà une performance ici quand une lettre arrive à destination. L’e-voting est le seul moyen pour nous de pouvoir participer à une votation.

Peter Kläusli, Cape Town, Afrique du Sud

À côté du système de La Poste, qui présentait des lacunes, il existait un second système développé par le canton de Genève. Pour autant que je sache, les Genevois n’avaient pas fait primer la vitesse sur la sécurité, mais le projet a été stoppé pour des raisons de coûts. Pour récupérer cette idée, il ne faudrait pas repartir à zéro, mais reprendre les choses là où Genève les a abandonnées.

David Bernhard, Angleterre

Voter est un droit, pas un privilège. Comme beaucoup de Suisses de l’étranger je suis certain que mon vote pour le premier tour des élections fédérales n’est pas arrivé à temps. Je suis très attaché au e-voting, mais si l’on ne peut plus le faire pour des raisons de sécurité, je comprends.

William Comish, USA

J’espère aussi que cette situation incroyable prendra fin. Même notre Suisse à la technologie si avancée n’arrive pas à mettre au point un système d’e-voting sûr? S’il s’agissait de gros sous, les cercles de droite n’hésiteraient pas à mettre la main à la poche pour résoudre le problème. Mais comme la «Cinquième Suisse» vote plutôt pour les Verts de gauche, on estime (surtout l’UDC) que cela ne vaut pas la peine de dépenser un centime… Dans leur nouvelle composition, le Conseil national et le Conseil des États devraient s’efforcer d’améliorer l’exercice électronique du droit de vote pour tous les citoyens suisses vivant à l’étranger.

Albert Moser, Dettighofen, Allemagne

Le retour du loup dans les Alpes

Il semble que si l’on pouvait augmenter le nombre de cerfs et de sangliers, les loups ne tueraient pas autant de moutons.

Virginia Lange Walter, États-Unis

Je pense aussi qu’il faut protéger le loup, et être contents et fiers qu’il y ait quelques ours. Ces merveilleux animaux ont le droit de vivre un nouvel âge d’or dans les montagnes suisses. Dédommagez les paysans pour chaque mouton tué et ils seront contents, eux aussi.

Christina Hoffmann, Sörup, Allemagne

Le loup, lorsqu’il apparaît en meute, est un animal très dangereux. Au XIXe siècle encore, on risquait sa vie à traverser une forêt à cheval la nuit et à voyager parce que les meutes de loups attaquaient les chevaux et leurs cavaliers. Connaître un peu l’histoire ne cause jamais de tort.

Werner Meier, Portugal

J’aime les loups et les ours, et la faune sauvage en général. Mais il faut exercer un certain contrôle sur les populations d’animaux sauvages. Là où il y a des loups, il y a moins de cerfs et de chevreuils à chasser, et cela débouche sur des conflits d’intérêts qui dépassent la raison et la logique. Mais en principe, les loups comme les ours devraient avoir un espace vital en Suisse.

Markus Immer, Philippines

Étude Pisa: quand les enfants ne comprennent plus ce qu’ils lisent

C’est formidable de voir certains cantons adopter des programmes d’intervention précoce pour les enfants en bas âge. C’est ainsi qu’ils obtiendront les meilleurs résultats. L’amour de la littérature est important au même titre que d’autre pans de notre culture ou de notre société que nous valorisons. Nous ne pouvons pas nous permettre de tenir cela pour acquis et devons continuer à nous battre pour que les enfants lisent à la maison et à l’école.

Ajita Cannings, Lismore, Nouvelles-Galles du Sud, Australie

La «Revue» en général

Je suis très sensible à votre manière de concevoir ce que le journalisme signifie pour la démocratie: il faut parler des injustices commises par l’État, tout comme des problèmes difficiles à résoudre, comme le rapatriement des Suissesses indésirables avec leurs enfants. Merci pour vos efforts visant à présenter la Suisse sous un jour nuancé.

Sylvia Schilbach, Bad Endorf, Allemagne

top