Menu
stage img
  • SwissCommunity

Le Conseil des Suisses de l’étranger se prononce clairement en faveur de la neutralité suisse

27.01.2023 – ANNA WEGELIN

Le Conseil des Suisses de l’étranger, ou «Parlement de la Cinquième Suisse», se déclare clairement favorable à une gestion responsable de la neutralité suisse, et adresse des exigences au Conseil fédéral en matière de politique de la neutralité.

La question de la neutralité, ultra-politique notamment en raison de la situation politique mondiale préoccupante, intéresse également le Conseil des Suisses de l’étranger (CSE): le «Parlement de la Cinquième Suisse» a notamment dû, lors de sa séance d’automne du 5 novembre 2022, prendre position sur la requête de son délégué John McGough (Hongrie) qui, sur fond de guerre en Ukraine, a proposé d’exiger du Conseil fédéral et du Parlement le «respect strict du droit à la neutralité». John McGough a fait valoir que les Suisses de l’étranger ont toujours pu voyager «sans être inquiétés» dans leur pays de résidence ou en Suisse, même en temps de guerre, et ce, grâce à la «neutralité crédible et reconnue de toutes parts» du pays. C’est la raison pour laquelle, a-t-il argué, le Conseil fédéral se doit d’être «strictement neutre».

Le CSE s’est finalement démarqué de la requête de John McGough en se rangeant, à une large majorité, derrière une autre résolution proposée par le Comité de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) et son président, Filippo Lombardi. Au lieu d’exiger la «stricte» neutralité du Conseil fédéral, la résolution adoptée demande à la Suisse officielle «une politique étrangère cohérente, intégrant notamment la promotion de la paix et du dialogue international, la poursuite de la politique de neutralité, l’engagement pour la défense de nos valeurs démocratiques et le soutien aux actions humanitaires en faveur des populations touchées par les conflits». Un positionnement qui sert aussi les intérêts de la «Cinquième Suisse»: «Pour les Suisses de l’étranger, la liberté de résidence et de mouvement est essentielle même en période de conflit.» Il s’agit donc de garantir cette liberté de mouvement en tout temps.

Chacun se bat pour «sa» neutralité Dessin: Max Spring

Le CSE ne se contente pas de prendre position. Il adresse également des requêtes au gouvernement national. Il exige du Conseil fédéral qu’il poursuive une «politique de stricte neutralité militaire» et défende «nos valeurs démocratiques en concertation avec les États qui partagent ces valeurs». Il lui demande également de promouvoir l’aide humanitaire, notamment en soutenant le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l’Organisation des Nations unies (ONU) dans l’aide aux victimes de conflits armés et en accueillant les personnes fuyant les zones de conflit.

Manifeste pour les élections de 2023

L’adoption d’un manifeste pour les élections fédérales de 2023 a constitué le deuxième point fort de la séance de novembre du CSE. Ce manifeste constitue en premier lieu un appel aux partis et aux acteurs politiques en Suisse. Il leur demande, entre autres, de promouvoir et d’assurer l’exercice des droits politiques à l’étranger, de favoriser le développement de la cyberadministration et d’assurer le maintien de la libre circulation des personnes entre la Suisse et les pays de l’Union européenne. Il les invite, en outre, à lever les obstacles liés aux assurances sociales pour les Suisses de l’étranger et à garantir le maintien d’un réseau consulaire répondant aux besoins de ceux-ci. Lors de sa séance de printemps, qui aura lieu le 18 mars 2023 à Berne, le CSE adoptera la version finale de son manifeste électoral.

Informations complémentaires et vidéo de la séance du CSE: revue.link/conseil1122

top