Menu
stage img
  • Sélection

Lara Gut-Behrami

07.06.2021 – Theodora Peter

Grâce à elle, la Suisse, la fière nation du ski, fait à nouveau partie de l’élite mondiale: en février, Lara Gut-Behrami a remporté deux médailles d’or et une de bronze aux championnats du monde en Italie. La Tessinoise de 30 ans s’est ainsi inscrite dans l’histoire et fait désormais partie des skieuses de légende au même titre qu’Erika Hess ou Vreni Schneider. Mais Lara Gut-Behrami n’est pas aussi populaire que l’était Vreni dans les années 1990. Cela est notamment dû au fait que l’ambitieuse sportive est inclassable et déçoit certaines attentes. Osant critiquer publiquement les conditions des courses ou décourageant les journalistes par ses réponses monosyllabiques, Lara Gut-Behrami a rapidement été taxée d’«enfant gâtée» par les médias. Le fait qu’elle ait choisi de tracer sa propre voie avec son père comme entraîneur a aussi provoqué des froncements de sourcils.

La talentueuse junior a été propulsée sous la lumière des projecteurs à 18 ans à peine en remportant deux médailles d’argent lors de ses premiers championnats du monde en 2009. Depuis, elle a engrangé plus de 30 victoires en coupe du monde et remporté le prestigieux globe de cristal en tant que meilleure skieuse de la saison 2016. Mais un an plus tard, sa carrière a été interrompue en vol par une déchirure du ligament croisé. Comme elle l’a déclaré par la suite, son corps avait tiré la sonnette d’alarme. La skieuse a mis cette pause forcée à profit pour se retrouver et se demander ce qu’elle voulait faire de sa vie en dehors du ski. Elle a partiellement répondu à cette question au bureau de l’état civil, en épousant à l’été 2018 le footballeur et ancien membre de l’équipe nationale suisse Valon Behrami. D’après ses dires, Lara Gut-Behrami a trouvé en lui une «âme sœur» et un «refuge». Depuis, elle semble avoir trouvé l’équilibre entre le succès et la vie.

top