Menu
  • Éditorial

Bainvegnì en il pajais da las bleras linguas

07.06.2021 – Marc Lettau

La pitschna Svizra è in pajais pluriling, in pajais cun gist quatter linguas naziunalas uffizialas: Quai accentuain nus adina puspè gugent. Nus descrivain quest fatg sco insatge prezius è spezial. Mo apunta, i dependa.

Pajais na discurran betg. Ils umans sun quels che discurran – en ina lingua u apunta en pliras linguas. Igl è dimena decisiv sch’ins viva en in pajais pluriling cun umans plurilings ensemen ubain sche gruppas d’ina suletta lingua vivan ina sper l’autra. Tar l’emprim cas stat diversitad linguistica per ritgezza e multifariadad, tar l’auter cas plitost per foss e cunfins. Nua stan las Svizras ed ils Svizzers dimena en chaussa plurilinguitad? Be fitg paucs èn famigliarisads cun tut las quatter linguas svizras. Tuttina n’è la plurilinguitad betg be in mitus. La nova enquista da l’uffizi federal da statistica demussa: La plurilinguitad da la populaziun svizra permanenta s’augmenta cuntinuant. Actualmain duvran 68 da 100 persunas regularmain duas, trais, quatter u dapli linguas en lur mintgadi. 68 pertschient vivan propi pluriling: Precis quai è la valur a la quala ins avess da mesirar la plurilinguitad d’in pajais.

C’est entendu, peut-être que nos lecteurs ne maîtrisent pas tous les quatre langues nationales officielles de la Suisse. Ou peut-être que vous avez quelque peu oublié le romanche grison utilisé au début de ce texte. C’est pourquoi nous résumons: ce dont il est question ici, c’est la richesse linguistique de la Suisse, que nous aimons décrire comme quelque chose de précieux. Mais cela dépend. Car les pays ne parlent pas. Ce sont les personnes qui parlent, dans une langue ou dans plusieurs. Il faut donc savoir si un pays plurilingue abrite des personnes plurilingues vivant ensemble, ou des groupes de personnes monolingues vivant les uns à côté des autres. Dans le premier cas, la diversité linguistique est une richesse. Dans le second, c’est un obstacle.

Qu’en est-il en Suisse? Très rares sont les personnes qui maîtrisent les quatre langues du pays. Toutefois, le plurilinguisme n’est pas qu’un mythe, les derniers relevés le prouvent: le plurilinguisme de la population résidante permanente de la Suisse augmente. Actuellement, 68 % des habitants du pays utilisent régulièrement deux, trois, quatre ou davantage de langues au quotidien. 68 % ont un mode de vie plurilingue: telle est la valeur qui permet de mesurer le plurilinguisme d’un pays. Nous y consacrons le dossier «En profondeur» de ce numéro.

Marc Lettau, rédacteur en chef

Notons enfin que le plurilinguisme ne présuppose pas de talent linguistique particulier: c’est aussi une attitude et l’expression d’une volonté, celle de comprendre l’autre.

top