Menu
  • Politique

Un nouveau «super dimanche» de votation

09.04.2021 – THEODORA PETER

La pandémie de coronavirus n’arrête pas la démocratie directe: le 13 juin, le peuple suisse se prononcera à nouveau sur cinq objets, deux initiatives et trois référendums. En voici un bref aperçu.

Initiative pour une eau potable propre

Cette initiative populaire lancée par des citoyens apolitiques réclame que seuls les paysans qui renoncent à l’utilisation de pesticides, à l’administration d’antibiotiques et à l’achat de fourrage auprès de tiers puissent encore toucher des subventions. La recherche et la formation agronomique devrait elle aussi remplir ces conditions pour recevoir de l’argent de l’État. En savoir plus

Initiative sur les pesticides

Le projet entend interdire les produits phytosanitaires de synthèse en Suisse non seulement dans l’agriculture, mais aussi dans la gestion des sols et des paysages. L’importation de produits alimentaires fabriqués en utilisant des pesticides ou en contenant serait également proscrite. Cette initiative populaire émane elle aussi d’un groupe de citoyens non partisans. En savoir plus

Loi sur le CO2

La loi fédérale sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre abaisse notamment les valeurs limites de CO2 pour les véhicules et augmente les taxes sur l’essence et le mazout. Un comité économique de branches impactées soutenu par l’UDC s’y oppose. Certains grévistes du climat romands sont eux aussi contre le projet: pour eux, la loi ne va pas assez loin dans la lutte contre le changement climatique. En savoir plus

Loi antiterroriste

La loi sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme permettrait aux autorités judiciaires de prononcer un arrêt domiciliaire contre des personnes à partir de 15 ans. Des mesures policières concernant les enfants dès 12 ans seraient également possibles. Plusieurs partis de jeunes de gauche comme de droite s’y opposent. Pour eux, ce projet constitue une «attaque frontale contre l’état de droit».

Loi COVID-19

Le socle légal des mesures d’urgence prises par le Conseil fédéral pour juguler la pandémie de COVID-19 est déjà en vigueur et s’applique jusqu’à la fin de 2021. Les «Amis de la Constitution» se sont toutefois saisis du référendum pour dénoncer cette loi qu’ils jugent inutile, contraire à l’éthique et dangereuse. Ils craignent qu’elle légitime à l’avenir d’autres «diktats destructeurs du gouvernement».

top