Menu
stage img
  • Éditorial

Immigration de masse: une situation confuse

16.03.2017

En principe, le thème de l’immigration ne devrait plus être à l’ordre du jour depuis longtemps. Au mois de décembre dernier, le Parlement a décidé de mettre en œuvre l’initiative sur l’immigration de masse, bien plus de deux ans après son approbation par le peuple. Mais il s’est heurté à une résistance au sein du Conseil national. Immédiatement après le vote final, le groupe UDC a reproché au Parlement d’avoir violé la Constitution – un reproche qui n’était pas infondé, car l’initiative avait été quasiment vidée de son contenu original. La volonté du peuple de réguler l’immigration par des plafonds et des contingents avait été contournée. Une dénommée «préférence nationale light» remplaçait ces revendications.

La mise en œuvre de l’initiative était dès le départ une mission impossible. Comment la volonté du peuple pouvait-elle s’appliquer sans que la libre circulation des personnes avec l’UE soit mise en péril? Comment mettre en œuvre cette initiative à la lettre, ou du moins dans les grandes lignes, tout en préservant les intérêts nationaux prioritaires? Des consultations avec l’UE ont suivi. Il est alors devenu évident que l’Union européenne ne voulait pas accepter les contingents planifiés. Dans l’intervalle, l’idée d’une clause de sauvegarde a également émergé, avec des quotas annuels pour les immigrés lorsqu’une certaine valeur seuil est dépassée. En définitive, le Parlement s’est accordé sur la «préférence nationale light», qui prévoit uniquement une sorte de priorité aux chômeurs suisses.

L’«immigration de masse» restera au cœur des débats malgré la décision prise en décembre. En effet, l’UDC a déjà annoncé une initiative populaire sur la libre circulation des personnes avec l’UE. L’initiative RASA, qui prévoit la suppression complète de l’article sur l’immigration de masse de la Constitution, sera également soumise au vote. Et il y a peu, comme si cela n’était pas déjà assez compliqué comme cela, un membre du PS a eu recours individuellement au référendum contre la loi sur l’initiative sur l’immigration de masse – afin, paradoxalement, de la consolider par une votation populaire.

La situation est confuse. Quels sont les nœuds gordiens? Où se situent les contradictions? Où sont les priorités? Dans l’article principal de cette édition, nous tentons d’apporter un éclairage, de jeter un regard rétrospectif sur les trois dernières années de guerres de tranchées politiques et de dresser un bilan, afin d’être en mesure de suivre les débats complexes auquel notre pays doit encore faire face en matière d’immigration.

Marko Lehtinen, rédacteur en chef

top