Menu
stage img
  • Chiffres suisses

Beaucoup de plastique, et énormément d’argent

03.04.2020 – Marc Lettau

84

En Suisse, la demande de sacs en plastique dans les supermarchés a reculé de 84 % en un an. Une nouvelle taxe en est la cause: désormais, les acheteurs doivent débourser 5 centimes par sac en plastique. Cette taxe a été introduite en vertu de la protection de l’environnement.

5120

À propos de l’environnement, de la propreté suisse et du plastique: d’après le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa), 5120 tonnes de plastique atterrissent chaque année dans la nature en Suisse. Or le plastique se désintègre très lentement. Il pollue donc de plus en plus l’environnement. L’Université de Berne a ainsi démontré que les sols suisses renfermaient déjà 53 tonnes de microplastique.

95 000 000 000

Parlons argent. La fortune transmise en héritage est plus élevée que jamais en Suisse. En 2020, près de 95 milliards de francs pourraient changer de mains. C’est cinq fois plus qu’en 1990. Et la tendance est à la hausse. En même temps, les héritiers d’aujourd’hui sont nettement plus âgés que les héritiers moyens de la génération précédente. Cet énorme flux économique est très peu taxé en Suisse. Mais de plus en plus de voix politiques se font entendre pour réclamer un impôt plus élevé sur les successions.

200

Les successions sont peu taxées, mais les chiens eux, de plus en plus. Les propriétaires doivent débourser jusqu’à 200 francs d’impôt sur les chiens. Pour un deuxième chien, de nombreuses communes facturent le double tarif. Fiscalement parlant, la Suisse n’est donc pas un paradis pour les chiens. Et il ne leur sert à rien d’aboyer.

551 000

Et combien la Suisse comporte-t-elle de chiens taxés? Pas moins de 551 000. Le canton où la densité canine est la moins forte est Bâle-Ville, où l’on compte un chien pour 38,4 personnes. C’est le Jura qui possède la densité canine la plus forte, avec un chien pour 7,8 habitants.

Image: Inutile d’aboyer: en Suisse, les impôts sur les chiens dont doivent s’acquitter les propriétaires de nos amis à quatre pattes ont augmenté de plus de 50 % ces dix dernières années. Photo iStock

 

top