Menu
  • Infos de SwissCommunity

Comment est ta Suisse?

16.09.2020 – nexpo.ch

Les expositions nationales font partie intégrante de la Suisse. Ce sont des projets construits par et pour une génération, qui rassemblent des personnes de tout âge. Pour la prochaine exposition nationale, les initiateurs empruntent des voies nouvelles: ils partent à la recherche des symboles de la Suisse de demain. Si certains existent déjà, d’autres sont encore à inventer.

En vue de la prochaine exposition nationale («Nexpo»), les dix plus grandes villes de Suisse veulent découvrir ce qui nous fait bouger en tant que société, ce que nous avons en commun, ce qui nous rend heureux – ou pas. Pour le savoir, elles ont lancé une enquête baptisée «Nexplorer», un jeu de questions-réponses dont le résultat livre à chacun une croix suisse personnalisée. Grâce à cette enquête en ligne, les initiateurs entendent sensibiliser la population aux thèmes stratégiques de la prochaine exposition nationale. L’enquête se poursuit jusqu’à la fin de l’année et les Suisses de l’étranger sont expressément invités à y participer.

Impression de l’exposition nationale de 1939, à l’atmosphère bien traditionnelle et patriotique vue d’aujourd’hui. Chaque exposition nationale est le reflet de son époque. Photo Keystone

L’idée n’est pas d’organiser une exposition classique en un lieu donné. L’exposition nationale reliera plutôt entre elles des initiatives culturelles à l’échelle de toute la Suisse, dans toutes ses régions linguistiques, dans les villes, les agglomérations et les campagnes. «Nexpo» construira des ponts entre le centre et la périphérie et formera un réseau de lieux de rencontre dans toute la Suisse. Comme le disent ceux qui ont imaginé l’événement: «La génération actuelle mérite, elle aussi, cet espace culturel pour tester les orientations de la société du XXIe siècle.»

www.nexpo.ch

Déjà l’Expo.02, qui a accueilli plus de dix millions de visiteurs, était conçue de manière décentralisée, se déroulant dans plusieurs cantons en même temps. Les concepteurs de «Nexpo» imaginent un réseau de sites plus vaste encore. Photo Keystone
top