Menu
stage img
  • Écouté pour vous

Renaud Capuçon | Un Français fait passer l’OCL à la vitesse supérieure

07.10.2022 – CHRISTIAN BERZINS

Il est beau de voir à quel point la scène des orchestres de chambre suisses bouge. Nombreux sont ceux qui ont remarqué qu’il ne suffit pas de jouer: ces petits ensembles musicaux, toujours un peu à l’écart des orchestres symphoniques municipaux, ont besoin de personnages hors du commun ou d’un management très futé pour pouvoir rivaliser.

C’est ainsi que depuis 2016, le violoniste Daniel Hope remue l’univers du classique avec l’orchestre de chambre de Zurich, que la violoniste Patricia Kopatchinskaja embrase depuis 2018 la Camerata Bern et que le pianiste David Greilsammer stimule la Geneva Camerata. Le festival Strings Lucerne et l’orchestre de chambre de Bâle tournent eux aussi sur toute la planète avec des solistes renommés. Ils ont à présent un nouveau concurrent lausannois.

Arvo Pärt: Tabula Rasa, Capuçon /Orchestre de Chambre de Lausanne, CD Erato 2022

L’Orchestre de Chambre de Lausanne (OCL) veut en effet lui aussi passer à la vitesse supérieure. Il pourrait bien y parvenir, car il est dirigé depuis 2021 par Renaud Capuçon. Le violoniste virtuose français s’est fait connaître il y a 20 ans aux côtés de son frère Gautier, violoncelliste.

Mais attention: à Lausanne, Renaud Capuçon n’est pas un premier violon qui guide l’orchestre par maestro interposé, comme c’est le cas à Berne ou à Zurich. Renaud Capuçon officie lui-même comme chef d’orchestre. Et ce, bien qu’il n’ait encore jamais tenu la baguette à 46 ans?

Voyant venir la question, il répond en souriant: «C’est la porte ouverte sur un monde gigantesque!». Il enseignait déjà à Lausanne et s’était déjà produit avec l’OCL. Puis il l’a dirigé… et a été embauché.

Le premier concert a été retransmis par ARTE et, un mois plus tard, l’OCL jouait en prison. Bien sûr, de nouvelles destinations de tournée sont prévues. L’arrivée de Renaud Capuçon à Lausanne a aussi permis à de nouveaux fonds de sponsors d’affluer. Un premier CD remarquable est sorti, «Tabula Rasa» une œuvre de l’Estonien Arvo Pärt. Composée pour deux violons, piano préparé et orchestre à cordes, elle est aussi mystérieuse qu’envoûtante.

Renaud Capuçon considère l’avenir avec optimisme. Il fait partie de ceux qui empruntent des voies diverses, et ce depuis toujours. S’il admire les violonistes qui ne font que violoner, il préfère quant à lui offrir aux jeunes la possibilité de monter sur scène à Lausanne: «C’est ce qu’il y a de plus beau: les aider à prendre leur envol. Je serais triste de ne faire que donner des concerts et des récitals.»

image.alt
top