Menu
stage img
  • Infos de SwissCommunity

Cent ans de l’OSE et six axes pour l’avenir

15.11.2016 – Ariane Rustichelli, pour la direction

L’an 2016 restera dans les mémoires des membres et amis de la «Cinquième Suisse» comme celui du centenaire de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE). Manifestations, exposition et publications ont rythmé cette année historique. Mais au terme de celle-ci, quel en sera le legs?

Commencée officiellement le 2 mars, un jour avant la date d’émission du timbre spécial des 100 ans de l’OSE, l’année du centenaire aura connu deux points culminants. Premièrement, la cérémonie des 25 ans de la Place des Suisses de l’étranger à Brunnen, en présence du président de la Confédération, Johann Schneider-Amann, durant laquelle a été inaugurée une exposition permanente d’affiches sur l’histoire de l’émigration suisse. Le second moment mémorable a été le Congrès des Suisses de l’étranger à Berne. Le 5 août, les délégués du Conseil des Suisses de l’étranger (CSE) ont eu l’honneur de siéger au Palais fédéral. Preuve s’il en est de l’importance des 762 000 Suisses de l’étranger pour la Confédération. La présence et le discours du conseiller fédéral Didier Burkhalter sur la place Fédérale durant la partie officielle, en présence de centaines de spectateurs et 170 jeunes Suisses de l’étranger venus pour l’occasion, ont encore renforcé ce message. Concerts gratuits, activités pour tous, la fête a connu aussi un immense succès populaire.

Prenant pour titre «La Suisse dans le monde», l’année du centenaire s’était fixé pour mission de revenir sur 100 ans d’histoire de l’expatriation suisse et de l’OSE. Mais ce retour en arrière visait avant tout à se projeter dans l’avenir. La migration internationale de nos compatriotes ne cesse de croître et prend de nouvelles formes. Quels seront les besoins spécifiques des émigrés de demain? Et, en corollaire, se pose la question du rôle ainsi que des prestations à venir de l’OSE. Pour y répondre, un questionnaire a été envoyé aux délégués du CSE. Les résultats ont été rendus publics lors de la séance du CSE du 5 août à Berne. Sur cette base, six axes de développements futurs ont été définis et adoptés par les membres du Conseil. Ils constituent en quelque sorte une feuille de route pour l’OSE dans les années à venir. Véritable programme de législature, ils visent à:

  • Renforcer l’information à destination des Suisses de l’étranger, en priorité par le biais de la Revue Suisse, mais aussi des autres canaux d’informations de l’OSE déjà existants.
  • Mieux intégrer les jeunes dans les structures de l’OSE, en assurant notamment un nombre de sièges minimal pour les jeunes au CSE.
  • Ouvrir la base électorale du Conseil des Suisses de l’étranger afin que tous les Suisses de l’étranger puissent élire leurs délégués au CSE.
  • Favoriser la participation politique des Suisses de l’étranger grâce à l’introduction du vote électronique
  • Renforcer les contacts entre les clubs suisses dans le monde par un travail d’information et d’échange des compétences réalisé par l’OSE
  • Renforcer la visibilité de l’OSE en Suisse et à l’étranger par des campagnes de promotion.

Ces buts, dont une partie est déjà en cours de réalisation, sont certes ambitieux. Mais ils doivent impérativement être atteints, afin que l’OSE puisse répondre, par ses services aux défis de la migration de demain et aux besoins spécifiques qui en découlent. Ceci, afin de continuer à effectuer au mieux sa mission qui consiste à représenter et défendre les intérêts des Suisses de l’étranger.

Le détail des résultats du questionnaire et les axes de développement futurs sont disponibles sur: aso.ch/fr/a-notre-propos/lose/buts.

Image  Sarah Mastantuoni (à g.) et Ariane Rustichelli, directrices de l’OSE.

top