Menu
  • Nouvelles

Nouvelles

31.07.2018

La candidature olympique «Sion 2026» n’est plus d’actualité

La Suisse ne sera finalement pas candidate pour accueillir les Jeux olympiques d’hiver en 2026. Le Conseil fédéral avait certes accordé en avril près d’un milliard de francs pour la candidature «Sion 2026» qui visait à utiliser les infrastructures sportives existantes dans les quatre cantons du Valais, de Fribourg, de Berne et des Grisons. Mais le 10 juin, les Valaisans se sont prononcés contre la contribution de leur canton à hauteur de 100 millions de francs pour les Jeux (voir aussi l’éditorial en page 3). La candidature a ainsi été balayée. Les préoccupations financières et écologiques ont fait pencher la balance du côté du non.

(MUL)

Échange de journaux entre Tamedia et Blocher

Une spectaculaire restructuration renouvelle l’agitation dans les médias suisses: en avril 2018, l’ancien conseiller fédéral Christoph Blocher a vendu au groupe médiatique zurichois Tamedia la «Basler Zeitung», achetée six ans plus tôt. En contrepartie, l’entreprise a légué au responsable politique UDC l’hebdomadaire «Tagblatt der Stadt Zürich», distribué dans tous les foyers, ainsi que d’autres journaux locaux. Avec cet échange, Tamedia consolide sa position dominante dans le paysage médiatique suisse. Quant à Blocher, il se concentre sur les journaux locaux gratuits. En 2017, il avait déjà acheté l’éditeur Zehnder et ses 38 titres.

(JM)

La garde suisse pontificale se développe

La garde suisse, le plus petit corps militaire armé au service du Vatican, se développe. Selon le commandant de la garde Christoph Graf, les exigences accrues en matière de sécurité nécessitent des renforts pour passer de 110 à 135 gardes. Fondée en 1506, la garde suisse est responsable des services de garde et d’honneur au Vatican, mais également de la protection du pape. En 2000, les effectifs étaient passés de 100 à 110 hommes.

(MUL)

Diminution de l’aide suisse au développement en 2017

Le montant consacré à l’aide publique au développement de la Suisse s’est élevé en 2017 à 3,05 milliards de francs, ou 0,46 % du produit intérieur brut (PIB), et a donc perdu près d’un demi-milliard de francs par rapport à l’année précédente. Les autorités fédérales parlent du «résultat le plus bas depuis 2013». Selon elles, ce recul est dû à la très forte baisse des dépenses pour les demandeurs d’asile, qui sont prises en compte dans l’aide au développement. Alliance Sud, l’organisation faîtière d’aide au développement, critique cette évolution. Selon elle, la Suisse a de nouveau manqué son objectif défini de porter l’aide au développement à 0,5 % du PIB et le montant de cette aide est aussi très loin de l’objectif international de 0,7 %.

(MUL)

top