Menu
stage img
  • Écouté pour vous

Le chanteur de Bâle-Campagne

22.01.2018

La multiplicité de ses talents est impressionnante. Florian Schneider est connu avant tout pour son rôle dans la comédie musicale «The Phantom Of The Opera», qu’il a jouée plus de 500 fois à Bâle. Il a aussi chanté dans d’autres grandes comédies musicales en Europe et comme ténor lyrique dans des opérettes en langue allemande. Son répertoire compte également des chansons de Brecht et, ce que peu de gens savent, des chansons en dialecte, pour lesquelles il nourrit une passion de plus en plus grande.

Originaire de Bâle-Campagne, Florian Schneider a sorti il y a quelques années un album en dialecte: «Schangsongs». Il vient de donner une suite à cet opus, qui connaît un succès inattendu. Sa chanson en dialecte «Alts, chalts Hus» s’est aussitôt placée en tête de la liste des meilleures chansons en langue allemande et son album «Schangsongs 2» a été élu «album du mois» dans le même classement. Ce palmarès n’a certes pas l’étoffe d’un hit-parade officiel, mais c’est une référence importante qui reflète le jugement d’experts et de journalistes musicaux indépendants d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique et de Suisse.

Dans «Schangsongs 2», Florian Schneider chante avec une voix mélodieuse, aux tonalités parfois acérées. La ressemblance avec Paolo Conte et Tom Waits est à certains moments clairement palpable, mais son chant est finalement toujours plus doux et plus suave. Beaucoup de ses textes en dialecte ont été écrits sur des mélodies de Tom Waits. Ses chansons évoquent sa campagne natale et des thèmes universels comme l’amour, la solitude et la mort.

Ses textes sont parfois mordants et morbides, le plus souvent tendres et drôles. Dans «Alts, chalts Hus», Florian Schneider imagine des fantômes dans sa maison d’enfance, dans «Heb di» il chante avec tendresse une amante passagère: «Bhüet di Gott, du chleises Härz, s bescht vo mir blibt do bi dir … Und lachsch der morn en andre a und lüpfsch der Rock im neggschte Ma, wenn d Wält au morn scho zämmekracht, hüt bisch bi mir die ganzi Nacht». (Prends bien soin de toi, mon petit cœur, ce que j’ai de meilleur reste là avec toi … Et si demain tu souris aussi à un autre homme et que tu soulèves ta jupe pour lui, et si demain le monde s’effondre, aujourd’hui, tu es toute la nuit à mes côtés.)

Florian Schneider chante avec sa guitare acoustique sur les 14 chansons de l’album. Il est accompagné par l’excellent violoniste allemand Adam Taubitz, issu de la scène classique et jazz. Cette instrumentation confère aux chansons en dialecte une certaine délicatesse qui convient merveilleusement aux textes.

Marko Lehtinen

Florian Schneider avec Adam Taubitz: «Schangsongs 2». Flo Solo Duo Trio, 2017.

top