Menu
stage img
  • Lu pour vous

Goût du voyage et ouverture au monde

13.01.2017

Migration et mobilité sont des thèmes dominants de l’époque actuelle. Chaque année, des dizaines de milliers de ressortissants suisses quittent leur pays, et environ autant reviennent s’y installer. Les Suisses comptent parmi nos contemporains les plus enclins au voyage, écrit Rudolf Wyder dans l’introduction de son ouvrage «Globale Schweiz: Die Entdeckung der Auslandschweizer». Il faut dire qu’il n’y a pas si longtemps, l’État était heureux d’en voir partir le plus grand nombre possible, et pour toujours: en effet, dans les années trente du siècle dernier, la promotion de l’émigration servait de remède au chômage.

Dans cet ouvrage, publié à l’occasion du 100e anniversaire de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE), Rudolf Wyder retrace les différentes étapes passionnantes des relations entre la Suisse et ses exilés. L’ouvrage n’est pas centré sur le récit des aventures de ces émigrés. L’auteur, qui fut directeur de l’OSE de 1987 à 2013, nous livre un exposé historique classique, en procédant de façon chronologique et thématique.

Il présente un aperçu, inédit à cette échelle, des préférences politiques des expatriés sur la base de sondages représentatifs et d’analyses de leur comportement lors des élections et des votations. Ce qui retient l’attention, note Rudolf Wyder, c’est une attitude plus ouverte à l’égard des affaires spécifiques de politique étrangère et des projets concernant le rôle et l’image de la Suisse dans le monde. Le taux d’approbation est nettement au-dessus de la moyenne en ce qui concerne la première série d’accords sectoriels avec l’UE en 2000 ou la participation aux accords de Schengen et Dublin en 2005. Fait notable, l’initiative de 2014 contre l’immigration de masse a été rejetée dans les huit cantons par en moyenne deux tiers des Suisses de l’étranger ayant révélé ce qu’ils avaient voté. En ce qui concerne l’ouverture et l’engagement international de la Suisse, le vote des électeurs vivant à l’étranger est nettement plus positif que la moyenne suisse. Et ce n’est pas fini: l’auteur relève que le score électoral des partis favorables à une présence et une participation de la Suisse au niveau international est proportionnellement plus élevé chez les Suisses de l’étranger. Il constate que le comportement électoral des citoyens expatriés coïncide pratiquement avec celui des électeurs des zones urbaines en Suisse.

Rudolf Wyder nous livre un ouvrage de référence sur l’histoire migratoire de la Suisse, qui permet de prendre conscience de toute l’importance de l’émigration suisse au 20e siècle et au début du 21e siècle.

JÜRG MÜLLER

Rudolf Wyder: «Globale Schweiz: Die Entdeckung der Auslandschweizer», Stämpfli Verlag, Berne 2016, 256 pages, CHF 34.–

top