Menu
  • Courrier des lecteurs

Courrier des lecteurs

14.01.2015

Connus dans le monde entier 

Regardons un peu comment le monde fonctionne. Sans une langue commune, même réduite aux connaissances de base de la deuxième langue du pays, il sera difficile d’expliquer aux ­générations à venir le fonctionnement de la Suisse. En outre, en tant que Suisses, nous sommes connus dans le monde entier pour nos compétences linguistiques. Et je ne parle pas de l’anglais que beaucoup parlent désormais. Ne sacrifions pas cet avantage sur l’autel de la paresse!

Stephan Bernhard, par E-mail

L’enseignement précoce de l’anglais est inutile

Tout le monde (ou presque) apprend l’anglais tôt ou tard car il est omniprésent, prestigieux et utile. C’est pourquoi l’enseignement précoce de l’anglais est superflu. Nos enfants doivent d’abord apprendre le français (ou l’allemand). Au minimum, ils doivent avoir une connaissance passive de la deuxième autre langue majeure du pays. À mon sens, l’exigence de parler le Suisse allemand en Romandie est une absurdité. Nous écrivons nos courriers et nos commentaires sans problème en allemand standard.

Andreas Ernst, par E-mail

Diversité linguistique, un avantage national

Les Suisses devraient tirer parti de leur avantage national et commencer le plus tôt possible l’apprentissage du français. L’anglais est de toute façon incontournable. Je dois énormément à notre avantage national dans ma nouvelle patrie, la Belgique, aussi bien à titre professionnel que privé et culturel. La Suisse devrait préserver sa diversité linguistique et culturelle, au risque sinon de s’appauvrir. Les Tessinois ont parfaitement raison de faire un ­effort pour ce pays qu’ils aiment dans sa diversité. Même s’ils ont la majorité absolue dans le pays, les Suisses allemands ne ­devraient pas se laisser aller à la paresse. 

Grazia Berger, par E-mail

Le peuple peut-il aussi se tromper?

Je passe tous les ans des vacances en Suisse. C’est le pays le plus fantastique au monde. L’environnement naturel est parfait, la cuisine de grande qualité, les moyens de transport faciles d’accès et fiables et les Suisses de contact agréable. Mais le plus extraordinaire est que, grâce à la démocratie directe, ils peuvent se targuer d’empêcher le gouvernement de détruire la société, et c’est pourquoi le monde entier les envie. Bien entendu, il existe en Suisse des éléments qui voudront imposer leurs opinions aux autres; mais le système démocratique direct les empêche d’agir à leur guise. En revanche, dans mon pays, l’Australie, nous subissons une véritable «tyrannie de la minorité». Les médias, l’éducation et le service public sont principalement à gauche et contrôlent étroitement la politique, en s’assurant que les personnes ordinaires ne puissent guère s’exprimer dans ce domaine. Par conséquent, notre société et notre économie sont en déclin. Vous pouvez donc vous réjouir de votre situation et du fait que vous avez la possibilité d’empêcher les politiciens de prendre des décisions qui ne servent que leur propre cause.

Barry, Australie

top